Biographie

BIOGRAPHIE

période pré-universitaire J’ai grandi en banlieue de Montréal. Ma principale activité était de regarder passer les nuages. De temps à autres, je reproduisais au crayon des personnages de la chapelle Sixtine pour impressionner mon entourage. Je débordai de bonheur lorsque je fus assez grand pour avoir un appareil photo. Je photographiais alors les nuages.

C’est à peu près à cet âge que j’ai touché la première fois à la peinture. Je copiais les grands maîtres à partir des minuscules reproductions dans le dictionnaire Larousse. Ma dextérité et mon goût pour le dessin et la peinture ont fait naître une crainte chez mes parents. Aussi, de façon régulière, ma mère me demandait-elle ce que je voulais faire plus tard. Chaque fois, avant que je ne réponde, elle disait rapidement: « En tout cas, Van Gogh est mort seul et les doigts pleins d’ampoules ». A l’âge des études post-secondaires, peu sûr de ce que je voulais faire de ma vie et ne voulant surtout pas finir avec des ampoules, j’ai laissé mes parents m’inscrire en sciences pures. Mais les sirènes chantaient. Deux ans plus tard, je débutais des études en arts visuels. Je n’ai jamais regretté cette décision.

l’apprentissage des arts Aussitôt que je trouvai la sagesse de renoncer au prestige que pouvait me procurer mon habileté, je me suis donné entièrement à l’exploration de ce monde nouveau, celui de l’art contemporain, monde où il semblait possible de tout faire avec rien. Je n’avais en tête que les Picasso, Rainer et Basquiat. Je peignais beaucoup, surtout la nuit, sans jamais rien achever ou rarement. Je me nourrissais peu et surtout de café. C’est à regret que je m’endormais sur le plancher de mon appartement sans meubles, au milieu de mes toiles, pots et pinceaux. De cette période, j’ai conservé peu d’œuvres. Seulement qu’une meilleure idée de ce que je voulais. Pas encore une assez précise de ce que je ne voulais pas.

résidus de sous-sol et autres élucubrations Pendant de longues années, j’ai peint et dessiné. J’ai vu une vie tranquillement se bâtir autour de moi. Un mariage, deux enfants, une maison et quelques poignées d’amour plus tard, je ne faisais plus que dessiner, soucieux de réduire coûts, espace et temps consacrés à la création. Je suis sorti subitement de l’isolation lorsque j’ai découvert un medium qui me convenait mieux, l’image numérique. Je n’ai pas d’ampoule, mais les doigts rongés jusqu’à l’os.

Publicités

Qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :