Subvention et culture


l’apport de
LA CULTURE

Nicholas Wright CREAM

Nicholas Wright – CREAM

Selon un rapport déposé en décembre 2013 par les ministères de la Culture et de l’Économie, l’argent investi par le gouvernement dans la culture participerait à la richesse du pays mieux que n’importe quel autre secteur.

[3 photos – 390 mots]


 
 

C’est une belle nouvelle. Ce n’est pas une nouvelle nouvelle et ce n’est d’ailleurs pas une idée qui fut susceptible de surprendre qui que ce soit la première fois qu’elle fut énoncée. Le nouveau est dans le fait que cette affirmation serait maintenant chiffrée, semble-t-il.

Étrangement, la chose ne paraît satisfaire personne. L’argument économique ne plait ni aux uns, ni aux autres. Voyons les principales objections.

Le PIB, utilisé dans le rapport, ne tiendrait pas compte de tout et tiendrait compte de trop de choses. Personne ne semble s’y intéresser.

matthieu-laurette-lets-make-lots-of-money-1354582568_org

Matthieu Laurette – Lets Make Lots of Money

La définition du secteur culturel laisse tout le monde insatisfait. A englober une trop grande quantité d’activités humaines, on dénaturerait la culture et tromperait les statistiques.

Plusieurs n’acceptent pas la comparaison de ce secteur avec les autres. Il faut admettre que l’industrie de la culture est sûrement celle qui a le plus d’impacts importants non quantifiables sur la société.

Les uns s’objectent aux sommes investies par l’État, arguant que toute activité économique devrait savoir se passer d’aide ou disparaître. Les autres insistent sur la nécessité de la culture au-delà de la dimension économique.

Mickey-Money-Till-You-Are-Black-And-Blue_1024x1024_ben_allen

Ben Allen – Mickey Money

C’est donc à dire qu’il existe, même en France, un pays que plusieurs voient comme culturellement fort et fier de sa culture, un conflit au sujet de la participation de l’État dans le maintien de cette culture. Les chiffres ne semblent rien pouvoir y changer. En tout cas, pas ceux du rapport dont il est question ici.

Rares sont les secteurs ne bénéficiant pas d’aide financière de l’État, d’une façon ou d’une autre. Pourquoi en priverait-on celui de la culture dont la nécessité n’est pas à démontrer? De plus, en subventionnant le domaine culturel, l’État peut faire en sorte que les sommes fournies soient utilisées de façon à en assurer la santé et l’épanouissement (l’exportation, la relève, la formation, etc.). Le débat soulevé par le rapport récemment déposé porte donc ombrage à la seule question que nous sommes en droit de nous poser: quelle est la façon la plus efficace d’utiliser les subventions de l’État dans le domaine culturel.

Le rapport

Publicités

Qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :