L’Indignation populaire


conseils aux
matantes
concernant les arts

ou le coming out d’un matantophile

Old-Woman-Shock-300x199[1]

Partie d’un vaste essai sur la place du scandale en art, le texte qui suit met en lumière le rôle sous-estimé que jouent auprès de l’art contemporain ces gens simples à l’esprit ultra-conservateur que l’on désigne au Québec par l’appellation matantes.

[6 photos – 650 mots]

Nous avons besoin de vous, matantes du monde entier. Nous avons besoin de votre indignation aussi facile que prévisible. Elle nous est fort utile dans le combat que nous nous livrons entre artistes et qui consiste à nous distinguer. Nous distinguer d’abord de vous, puis entre nous.

shocked-old-woman[1]

J’aimerais vous dire que cette indignation que vous avez face à tout ce qui s’éloigne un tant soit peu de vos idées préconçues et de vos opinions prémâchées, que cette indignation nous est essentielle, qu’elle constitue la clef de tout le système artistique actuel. Malheureusement, il n’en est rien. Cette propension à vous scandaliser, ce talent naturel que vous avez, ne fait que nous faciliter la tâche (grandement, avouons-le).

Sans vous nous serions probablement réduits à dénigrer et mépriser les moins doués des intellectuels au sein de notre communauté. En leur nom, je vous remercie. Merci de faire le sale boulot. Il faut dire, en fait, que cette vile besogne ne vous empêche en rien de dormir car elle ne vous donne pas l’impression de vous salir les mains. Bien au contraire.

J’aime donc à penser cette relation amour/haine que nous entretenons, artistes contemporains et matantes, comme étant gagnante-gagnante. Tout le monde y trouve son compte. Car, avouez-le, c’est repues d’avoir bien gueulé, émotionnées mais réconfortées que, le soir venu, vous vous étendez dans vos draps fleuris après avoir enfilé votre robe de nuit taillée dans le même tissu. Grâce à vos propos fielleux, vous vous endormez le plus facilement du monde en contemplant vos bibelots et toiles achetés au marché aux puces, vos dents flottant dans un verre près de vous.

48826710854107choquevieilledameportantbigoudis[1]

Et je vous assure que, de l’autre côté, les artistes conspués, s’ils ne se couchent pas avec le sourire, vont au lit avec la très grande excitation que l’on peut avoir quand on sent qu’on a enfin touché quelque chose.

Je profite donc de cette tribune pour vous remercier et vous encourager à persister dans la même voix, matantes que j’aime tant. Afin de vous y aider, j’irai de quelques conseils.

Si jamais quelque coquin intellectuel de gauche arrive à vous faire douter, revenez à votre ligne de pensée maîtresse: si vous ne comprenez pas, c’est qu’il n’y a rien à comprendre; si vous ne voyez pas, c’est qu’il n’y a rien à voir.

bigstockphoto_shocked_woman_304194[1]

Si cela ne suffit pas à dissiper le doute, tournez-vous vers vos semblables. Ils sauront sûrement trouver les mots pour rejeter l’inacceptable, qu’il prenne la forme d’un nu indécent ou d’un éléphant se tenant sur la trompe.

Afin de ne point changer et de ne jamais renoncer à cette quête du joli et du tranquille que vous avez faite vôtre sans le savoir, il est important que vous ne cherchiez pas à apprendre l’art et son histoire. Ceci pourrait gravement vous perturber.

woman-elderly-shocked-620x400[1]

Tenez-vous loin aussi des discours d’artistes et critiques, ou tout autre bonze du milieu, qui se voudraient vulgarisateurs et racoleurs. Tournez les talons en vous répétant: «Tous des fumistes!». L’art n’est pas pour tous, en tout cas pas pour vous. Il est conçu par et pour l’élite intellectuelle. Et cette élite à besoin que vous demeuriez éternellement des matantes.

Que ce dieu en lequel vous croyez vous bénisse toutes autant que vous êtes et vous donne la force d’assumer pleinement votre rôle. Ne succombez pas à la tentation, n’aspirez jamais à quoi que ce soit d’autre que d’apparier les tons et motifs des objets qui composent votre petit nid douillet.

Un artiste contemporain qui vous veut du bien.

Matante : De «ma tante» – Personne un peu ringarde, d’une autre époque. (http://fr.wiktionary.org/wiki/matante)

*

Publicités

2 commentaires to “L’Indignation populaire”

  1. Oui mais pourquoi au féminin seulement?? les mononcles, ce sont eux qui ont commencé!

Qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :