Renoncer


LE DERNIER DES
RENONCEMENTS

JK-Balloon-dog-2000-Pallazzo-Grassi1

Benoit David, Balloon Dog, 1996, chrome en acier inoxydable.

Depuis Duchamp, on s’acharne à remettre en question la définition de l’art. Cette tâche est-elle terminée?

Pour avoir trop vu de remises en question, on ne se révolte plus, on ne se surprend même plus. On ne semble plus capable que de déception devant une œuvre qui ne tenterait pas de rejeter quelque chose. Comment dans ces conditions voulez-vous bien subvertir?

Que reste-t-il à remettre en question? Nous avons déjà renoncé à tout ce qui concerne les arts. Nous avons appris à renoncer à tout code esthétique, à tout support et tout médium; nous avons renoncé au beau, à la technique; nous avons renoncé à plaire. Non, il ne reste plus rien à rejeter de l’œuvre. Donc plus de subversion possible de ce côté-là. Vraiment?

Édouard_Manet_-_Le_Déjeuner_sur_l'herbe

Benoit David, Déjeuner sur l’herbe, 1862, huile sur toile.

Je me suis posé cette question: quelle est la chose qui me ferait le plus horreur chez un artiste? En fait, qu’est-ce que je ne serais pas capable d’accepter comme une œuvre et qui me ferait donc dire «ce n’est pas de l’art»? Eh bien, j’ai trouvé. Une chose atroce, que tous redoutent.

Cette chose renonce à absolument tout; sans revenir en arrière, sans laisser tomber nos acquis en matière de renoncement, elle balaie du revers de la main tout ce qui pouvait rester. Et pourtant cette chose capable d’un pareil prodige, cette chose si extraordinaire n’est pas nouvelle. Loin de là. Il s’agit du plagiat. Oui, le plagiat. Je le condamnais il y a quelque temps (et pour cause). J’ai maintenant le goût d’en faire l’apologie.

[no title] 1967 by Andy Warhol 1928-1987

Benoit David, Marilyn, 1967, sérigraphie.

En effet, plagier est l’ultime renoncement; celui qui copie renonce à être artiste. Je ne parle pas de copie légère, non plus de simple inspiration, emprunt ou clin d’œil. Je parle de copie intégrale faite en toute connaissance de cause qui a pour objet de se substituer à l’artiste sans faire aucun autre effort que celui de reproduire fidèlement l’œuvre. Ça, c’est un acte vandale, l’ultime subversion de l’art, un pavé dans le château de verre qu’ont bâti les artistes du siècle dernier à coups de robes de viande et de pots de merde.

Mais encore, il me semble que la copie est trop de travail et revêt même un certain mérite pour celui qui la commet. Pourquoi pas l’usurpation simplement?

Cette idée d’une usurpation subversive est-elle nouvelle? Presque un siècle de brasse camarade, de gratte-méninges pour virer sens dessus dessous la définition de l’art et on n’aurait pas songé à cette possibilité, on n’aurait pas osé aller jusque-là? J’en doute. Mais j’ai beau chercher, je n’ai pas encore trouvé de précédent. Je veux dire je n’ai pas trouvé d’usurpation, ni même de plagiat, comme mode de création, comme ligne de conduite ou comme substance principale d’un manifeste (voir plus bas le commentaire du 27 octobre).

morning-toilet-of-venus-1615.jpg!Blog

Benoit David, Vénus au miroir, 1615, huile sur toile.

Peut-être est-ce encore à faire. La chose est trop facile, me direz-vous. Premièrement, c’est un peu ça l’idée. Deuxièmement, il serait pour sûr immense le poids sur les épaules de l’usurpateur, un poids légal et moral. Il aurait besoin, en vérité, d’une très grande bravoure pour se diriger tête baissée, comme un Christophe Colomb moderne, tout droit vers ce qui semble être sa perte.

Une petite crainte nait soudainement en moi. Et si l’usurpateur s’assoyait et, comme animé d’une volonté de fournir un effort intellectuel, prenait le temps de choisir les artistes dont il bafouerait les droits? Choisir implique un jugement et ouvre les portes de la création. Pour un acte complètement dépourvu de sens autre que de tuer ce qu’il reste de l’art, il faudrait qu’il s’en remette au hasard.

vincent-van-gogh-1853-1890-autoportrait-1889-huile-sur-toile-65-x-545-cm-musc3a9e-dorsay-paris

Benoit David, Autoportrait, 1889, huile sur toile.

Voilà, la table est mise. Je vois déjà poindre à l’horizon une ère brève mais pleine de bouleversements. Je devine maintes plaintes, maintes poursuites, plusieurs amendes, du temps à l’ombre et des heures de travail communautaire. La vie de rebelle, quoi.

Après l’avènement de l’usurpation subversive, pourrons nous fermer le livre dont Duchamp a écrit les premières pages pour enfin retourner à l’essentiel? Oui, l’essentiel. Mais au fait, cet essentiel, quel est-il?

*

Publicités

5 commentaires to “Renoncer”

  1. Une lecture intéressante sur un concept parent de l’usurpation, l’appropriation:

    Les travaux de l’appropriation artistique s’occupent généralement des « qualités abstraites des œuvres d’art et du marché de l’art lui-même. » Ils problématisent par l’acte d’appropriation les éléments fondamentaux du monde de l’art. […]

    Les stratégies individuelles des artistes varient considérablement, de sorte qu’un seul modus global n’est pas facile à repérer. […] L’appropriation artistique est donc un label très controversé, utilisé en critique d’art depuis le début des années 1980.

    Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Appropriation_%28art%29

    Les objectifs des artistes pratiquant l’appropriation sont très divers. Si aucun ne rejoint ceux que j’ai énoncés dans mon article sur l’usurpation, ils semblent en contenir le germe.

  2. Voilà toute une façon de remettre le système en question! Suggérez-vous de soumettre aux galeries un portfolio contenant les oeuvres d’un autre??

    • Je ne suggère que l’idée que ne pas créer est tout ce qui, aujourd’hui, peut ne pas être de l’art. Mais une fois récupérée par le milieu artistique, grâce au discours, l’usurpation subversive pourrait aussi être considérée comme art. On tourne en rond. Comment subvertir un milieu qui s’attend à être subverti et qui récupère tout par le discours?

  3. Comment transformer ce qui ne peut être subverti? «Pourquoi le transformer?», me direz-vous. Nous devons nous garder la possibilité de repenser les arts et ainsi le système qui les régit. Y a-t-il une évolution possible encore aujourd’hui de ce côté?

Qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :