Berlinde de Bruyckere


QUE DE DOUCES
PAROLES TU
SUSURRES À
MES OREILLES

berlinde de bruyckere

Je pensais y trouver foule. Je m’attendais à lire les effets de la subversion sur les visages. J’étais seul à cette très belle et très petite exposition (5 œuvres) chez DHC/Art dans le Vieux Montréal en cette journée d’ouverture.

 

03_2465

Déçu de ce rendez-vous manqué avec l’indignation et autres sentiments apparentés, je n’avais à me mettre sous la dent que mes propres réactions. J’avais beau chercher au plus profond de mon être, je ne trouvais qu’admiration et ravissement. Je me sentais comme si ces œuvres que je voyais pourtant pour la première fois avaient toujours été là, tant je trouvais naturel qu’elles disent ce qu’elles disaient de la façon qu’elles le disaient. C’était comme si, à mes yeux, l’art, ça avait toujours été ça, depuis aussi longtemps que je pouvais me souvenir. La matière était malmenée jusqu’à l’avilissement pour ensuite retrouver une nouvelle noblesse, celle de l’objet qui, sans fard, arrive à parler.

05-Berlinde-De-Bruyckere_Into-One-Another-V Mirjam-Devriendt

Mais où étaient-ils tous, ces gens qui réclamaient qu’on pende haut et court la talentueuse Berlinde? C’était, il me semble, le bon moment pour se manifester, pour revendiquer. Où se cachaient-ils?

berlinde de bruyckere

J’ai fait les cent pas d’une pièce à l’autre. Je suis allé deux fois, trois fois à chaque cartel. «Il s’agit bien de peau de cheval», ai-je pensé tout haut. Ayant noté la présence de cheveux, j’ai cherché d’autres attributs humains. Pouvais-je croire qu’il s’agissait de véritable peau humaine? Malheureusement, non. «Bon sens! Mais choquez-moi quelqu’un!» Rien à faire. Je m’y plaisais.

13-Berlinde-De-Bruyckere_J.L

Lassé et frustré, je me suis dirigé vers l’accueil.

– Puis-je prendre des photos?
– Non, désolé. C’est impossible.

Pas tout à fait le genre d’outrage que j’imaginais rencontrer, mais enfin, c’était mieux que rien. Les images que vous voyez ici ne sont donc pas celles de ce qui est exposé chez DHC/Art. Vous devrez voir par vous-mêmes. Un conseil: amenez-y un ami activiste.

berlinde de bruyckere
869569044[1]

 DHC/Art est au 465, rue St-Jean à Montréal.
L’exposition se termine le 13 novembre 2011.

*

Publicités

Qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :